11 mai 2010

Rêve de Babel

immeubleA l’échelle de la planète, le temps ne se divise plus seulement en différents fuseaux horaires, mais aussi en différents calendriers. Dans tous les pays, nous sommes le 11 Mai ; mais ce jour correspond pour tel pays à un mardi, pour tel autre à un jeudi, pour un troisième à un dimanche. Les samedis et dimanches étant rigoureusement, fanatiquement, des jours de congés, tout s'arrête ces jours-là : travail, machines, loisirs, vie. Chaque jour, sur le globe, les habitants de pays entiers entrent en léthargie, dans une éphémère hibernation, parce qu’on se trouve en week-end sur leur sol.

Et il est impossible de connaître exactement quel est ce découpage en fuseaux journaliers. Il existe bien un Office de Standardisation du Temps, mais les demandes des particuliers échouent et se noient dans des méandres bureaucratiques. Il faut s’en remettre à des oracles, à des manuscrits erronés ou obsolètes, voire à des escrocs. C’est donc un véritable casse-tête de voyager, de contacter à quelqu’un à l’étranger, de communiquer d’Etat à Etat, de concevoir des actualités télévisées mondiales. Les avions longue ligne décollent, mais ne savent pas s’ils pourront atterrir ; les numéros de téléphone internationaux sonnent dans le vide, sans qu’on puisse savoir si c’est parce que le correspondant ne décroche pas ou parce que le pays est en congés de fin de semaine. Le contact est rompu aux frontières ; les routiers et les voitures doivent parfois attendre quarante-huit heures en longue files anarchiques pour pouvoir franchir les barrières douanières.

Quant à moi, dans un bureau vide, je brassais d’immenses rouleaux de jeux de données ; je me débattais contre cet état de fait, cherchant désespérément dans des grilles et almanachs douteux, une date correspondante dans tous les pays à un jour travaillé de la semaine, une sorte de journée universelle, en vain.
Et tout baignait dans cette atmosphère poisseuse, insidieusement cauchemardesque. La conscience soudaine et glacée d'une incommunicabilité complète, difficulté imprévue et insoluble. Une catastrophe semblable à la malédiction lancée sur Babel par un Dieu en courroux, inventant les langues pour mieux nous diviser. Un piège diaboliquement simple, se refermant sur nous. Dies Irae.

Posté par orteilpied à 16:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Rêve de Babel

    Je dirais que physiquement, oui, nous sommes tous et toutes à l'ouest, pas connectés ni reliés pour un sou.
    Le truc c'est plutôt de chercher dans la conscience collective... Ni Dieu, ni Maitre, ni jour férié ni boulot ni métro ni montre... Je suis sûre que si on cherche de ce coté, curieusement, on est presque tous là, et disponibles.
    Reste plus qu'à méditer

    Posté par Garrice, 13 mai 2010 à 11:54 | | Répondre
  • J'aime bien ta vision des choses... 'devrais peut-être y réfléchir, au lieu d'inventer comme ici de nouveaux moyens de ne pas se comprendre!

    Posté par Orteil, 13 mai 2010 à 23:53 | | Répondre
Nouveau commentaire