16 octobre 2011

"Ca vous débagoule des raisons..."

- Eh bien, oui, ma chère petite minette, dit Du Bruel, là, là, ne vous fâchez pas. Nous savons vivre. "Il lui baisa les mains et sortit avec moi ; mais furieux. De la rue de la Victoire au boulevard, voici ce qu'il me dit, si toutefois les phrases que souffre la typographie parmi les plus violentes injures peuvent représenter les atroces paroles, les venimeuses pensées qui ruisselèrent de sa bouche comme une cascade échappée de côté dans un gros torrent. " Mon cher, je quitterai cette infâme danseuse ignoble, cette vieille toupie qui a tourné sous le fouet de tous les airs d'opéra, cette guenipe, cette guenon de Savoyard ! Oh! toi qui t'es attaché aussi à une actrice, mon cher, que jamais l'idée d'épouser ta maîtresse ne te poursuive ! Vois-tu, c'est un supplice oublié dans l'enfer de Dante ! Tiens, maintenant je la battrais, je la cognerais, je lui dirais son fait. Poison de ma vie, elle me fait aller comme un valet de volet ! " Il était sur le boulevard, et dans un état de fureur tel que les mots ne sortaient pas de sa gorge. " Je chausserais mes pieds dans son ventre ! - A propos de quoi ? lui dis-je. - Mon cher, tu ne sauras jamais les mille myriades de fantaisies de cette gaupe ! Quand je veux rester, elle veut sortir ; quand je veux sortir, elle veut que je reste. Ca vous débagoule des raisons, des accusations, des syllogismes, des calomnies, des paroles à rendre fou ! Le Bien, c'est leur fantaisie ! le Mal, c'est la nôtre ! Foudroyez-les par un mot qui coupe leurs raisonnements, elles se taisent et vous regardent comme si vous étiez un chien mort. Mon bonheur ?... Il s'explique par une servilité absolue, par la vassalité du chien de basse-cour. Elle me vend par trop cher le peu qu'elle me donne. Au diable ! Je lui laisse tout et je m'enfuirai dans une mansarde. Oh! la mansarde et la liberté ! Voilà cinq ans que je n'ose pas faire ma volonté ! "

Balzac, Un prince de la bohème.

 

 

Balzac, bien sûr ; Balzac, faux lourdaud, qui sait à l'occasion être féroce, et quelle patte ! Ce "débagoule" tend la main à l'autre assassin des Lettres, le duc de Saint-Simon. Débagouler, c'est au sens propre, dégueuler, en Provence. On pourrait s'arrêter de même à tous les mots. Une guenon est juchée sur l'épaule d'un petit ramoneur savoyard, au lieu d'une marmotte dans la poche. Gaupe, guenipe, dans le même sac que souillon : femme sale, négligée. Le valet de volet, c'est, m'apprend une note, un contrepoids permettant de ramener un volet en position fermée.

On peut voir dans le flux d'invectives les images qui ricochent. De la crasse de la guenipe aux joues noires de suie du ramoneur. La ménagerie et la vassalité, dans un beau bestiaire : guenon, chien vivant ou crevé. Le fouet de la toupie, c'est-à-dire la ficelle qui permet de la faire tourner, qui est d'abord la musique animant la femme-pantin, mais qui participe aux images en creux de l'esclavage: le valet, la basse-cour, la servilité, la fuite ! Fureur de faible, de bravache, de tendre ; fureur d'amoureux : une belle gradation inversée, " je la battrais, je la cognerais, je lui dirais son fait", dit clair qu'il n'en fera rien...

Posté par orteilpied à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur "Ca vous débagoule des raisons..."

Nouveau commentaire